A chacun sa demi-heure

A chacun sa demi-heure...

Samedi, au Stade de l’Amitié de Campet et Lamolère, le Real Soldevilla Campétois recevait Captieux, Champion de France en titre de 1ère série. Même si la logique a été respectée, le Real est sur la bonne voie à deux semaines de l’ouverture du Championnat.

Quand deux champions de France en titre se rencontrent, ça finit généralement par une photo souvenir. Les joueurs n’y ont pas coupé… Mais l’essentiel est bien évidemment ailleurs. Captieux Champion en 1ère série, le Real en 4e, il y avait bien évidemment une classe d’écart à l’heure d’aborder ce rendez-vous. Surtout lorsque l’on se souvient de la « volée » prise par les Campétois il y a tout juste un an sur le terrain de ces mêmes joueurs. Mais chaque match a sa vérité et la cinquantaine de joueurs présente sur le terrain samedi a pu s’en rendre compte. Les différents acteurs nous ont offert une partie plaisante, engagée et indécise de bout en bout. Mais ce sont bien évidemment les Capsylvains à se mettre les premiers en action. Avec une équipe rajeunie, un pack mobile et un numéro 10 très joueur, les Champions de France de 1ère série commencent par donner quelques sueurs froides aux nombreux supporters Campétois. Armagnac, demi d’ouverture adverse sème le danger à chacune de ses initiatives sans malgré tout parvenir à ouvrir le score pour son équipe. La défense des bleu et blanc plie mais ne rompt pas, et passé l’orage du premier quart d’heure, le Real reprend petit à petit du poil de la bête pour venir titiller les Girondins dans leur 22m. De trop nombreuses approximations et de maladresses dans le dernier geste empêchent cependant les locaux de venir fleurir le « planxot ». Au contraire, ce seront finalement les joueurs de Captieux qui viendront planter deux essais assassins dans les derniers instants du 1er acte. Des fautes d’inattention qui coûtent cher et qui permettent aux visiteurs de remporter le 1er tiers temps sr le score bienheureux de 12 à 0. …….

Le retour du Real

Mais, comme pour tout match amical qui se respecte, les entraineurs font tourner leurs effectifs afin de voir à l’œuvre un maximum de joueurs. Pour ce deuxième acte, les compteurs sont donc remis à zéro et se sont deux nouvelles équipes qui vont s’opposer sur la belle pelouse Realesque. Et durant, cette période, ce sont les Campétois qui vont se mettre en valeur. Avant d’aborder ces 30 minutes les consignes des entraineurs étaient claires : « Ne pas prendre d’essai, et revenir au score ». Force est de constater que les bleu et blanc ont réussi leur mission. Autour d’un paquet d’avants impérial, les locaux repoussaient les Capsylvains dans leurs retranchements en proposant un jeu au près qui faisait des ravages dans la défense adverse. Dominés, les rouge et blanc de Captieux se mettaient à la faute et offraient de nombreuses opportunités à leurs adversaires de se rapprocher dangereusement de l’en but. Suite à une énième pénaltouche, ce sont tous les « gros » Campétois qui enfoncèrent leurs homologues pour réduire la marque : 12 à 5 à la 45e minute de jeu. Mais les locaux ne comptaient pas s’arrêter en si bon chemin, et à force de persévérance, c’est Jérémy Lafitteau qui lançait Rémi Gourgues dans l’intervalle pour aller aplatir entre les perches le deuxième essai Campétois de l’après-midi. Les dernières minutes de ce deuxième acte seront plus équilibrées et les joueurs mettront en exergue une belle capacité à ne rien lâcher et à ne céder aucun centimètre de terrain à leurs adversaires d’un jour.

Des points… aux poings

Le troisième acte verra quant à lui le retour de la plupart des cadres de chaque équipe sur le terrain. 30 dernières minutes équilibrées qui verront naitre quelques petites chamailleries, certainement dues à la chaleur estivale et au besoin des joueurs d’aller savourer quelques binouzes au tout nouveau tout beau club house du Real Soldevilla Campétois. Mais pour revenir au match, celui qui nous intéresse, le retour du demi d’ouverture Armagnac a fait le plus grand bien aux joueurs Capsylvains. Ses prises d’initiatives ont été de nouveau décisives entrainant même le troisième et dernier essai de ses coéquipiers. La partie sera finalement interrompue quelques instants après. L’altercation de trop dirons-nous, mais l’important est ailleurs. Le Real a fait mieux que rivaliser face à une équipe bourrée de belles individualités et qui évoluera tout de même, et il ne faut pas l’oublier, deux divisions au dessus des nôtres dans le Comité Côte d’Argent…. Les deux équipes se sont finalement séparées bons amis, photos souvenirs à la clé… Après tout, l’après-midi s’est déroulé entre Champions !

A la sortie du terrain, la satisfaction pouvait se lire sur les visages Campétois. L’impression de monter en puissance et de retrouver des valeurs qui avaient cruellement fait défaut à ces mêmes joueurs, une semaine auparavant face à Saint-Julien-en-Born. Ce samedi, les bleu et blanc ont fait preuve de beaucoup d’envie. Mais, attention à ne pas se voir trop beau : le chemin pour réaliser les objectifs annoncés est long et sinueux. A ce sujet, Philippe Labat, entraineur des trois-quarts rappellera : « Dans l’envie et la volonté de bien faire, il n’y a rien à dire. Il reste malgré tout beaucoup de travail à réaliser, notamment dans le domaine offensif. » Nul doute que les coachs sauront gommer ces imperfections avant l’ouverture du championnat le 26 septembre prochain du côté de Narrosse. En attendant, il reste un dernier match amical prévu : samedi, toujours au Stade de l’Amitié, face à l’équipe d’Ychoux…. A ne pas louper !

Pour la petite histoire, nous noterons la très belle prestation de PJ, talonneur de Captieux de son état, qui a fini sa soirée montoise et Campétoise en compagnie des joueurs du Real…. Très tard dans la nuit…. Merci à lui !!!

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×