Ciboure - Réal Soldevilla

L’ESSENTIEL EST ASSURÉ

Tout est dit dans le titre… Pour ce déplacement, jamais évident, en terre Basque du côté de Ciboure, les deux équipes du réal ont assuré l’essentiel en ramenant chacune les points de la victoire. Retour sur un dimanche somme toute satisfaisant.

Bien dans ses crampons et dans sa tête la réserve poursuit sur sa bonne dynamique, lancée il y a quinze jours face au grand rival Saint-Pierrois (victoire 65 à 7). Comme le confiait Pelo à la fin du match  « le retour, il y a quelques semaines de grands anciens (toujours jeunes dans leur jambes) a permis de rebooster un collectif qui commençait à grincer des mécaniques… » Alors oui, il faut rendre à César ce qui appartient à César et le retour sur les vertes prairies du comité de messieurs Labat, Pabois et Darquier frère ont fait le plus grand bien à un groupe qui manquait cruellement de leader. Et ce n’est pas un hasard de voir que leurs initiatives du début de match ont mis tout de suite une ligne de trois quarts sur orbite pour le premier essai d’un Vincent Legrand « On fire » en cette tarde ensoleillée. Quelques minutes de jeu à peine, et voilà le Réal repartit sur la lancée du dernier match. Un nouvel essai plus tard, on pensait les Réservistes partis pour accomplir une promenade de santé….  Mais le Basque est tenace et ne se laisse pas si facilement dompter sur son terrain.  Grâce à la roublardise de certains de leurs joueurs (notamment le n°4 omniprésent), les voilà revenus à portée de fusil des hôtes du jour par le biais d’une cascade de plaquages manqués… 10 à 7, le match est relancé. Mais les réservistes bleu et rose ont retrouvé des valeurs mentales : ballons libérés proprement, lancement simples et efficaces, agressivité (saine) en défense et l’on retrouve à nouveau les maritimes sous le joug d’une domination sans partage des visiteurs. Les Campétois enchaînent les mouvements et inscriront trois nouveaux essais pour porter la marque définitive à 25 à 7. L’action de l’après midi est à mettre à leur actif avec une superbe remontée de balle signée Titi, qui décala, grâce à un coup de pied, un clochette impérial, mais repris sur les 22m adverses. Ce dernier réussit à donner le ballon à Benoit Dartigues qui pensait inscrire là son 1er essai sous ses nouvelles couleurs. Hélas, un défenseur le rattrape à quelques mètres de la terre promise mais, malgré sa récente arrivée au rugby il parvient à donner le ballon à Clochette pour son 3e essai du match ! Il a fait le Hat-Trick !!! La transformation sera tapée par ce même B. Dartigues qui réussit le miracle de marquer un superbe coup-franc fasse aux poteaux… à l’image de ses partenaires artificiers, la mire des buteurs était quelque peu déréglée ! L’essentiel était ailleurs et les joueurs se sont fait plaisir et le sourire était de mise en ce dimanche ensoleillé.  Des conditions de jeu idéales qui ont également permis le retour sur les terrains de Ludo Louis, fraîchement revenu de Côte d’ivoire et auteur d’un essai tout en finesse après une pénaltouche. Il venait de faire son entrée et la signe de la plus belle des manières… pour sortir quelques secondes après, victimes d’un souffle coupé !! A croire que les températures estivales de la côte ont contrasté avec le froid sibérien du continent Africain.

Il faudra confirmer dimanche prochain contre l’équipe de Puyoo qui mit fin à l’invincibilité des Réservistes. A bon entendeur messieurs…

La première sur le bon tempo

La Une a fait le métier… Elle n’a pas brillé, mais n’a pas tremblé non plus. Les joueurs ont su prendre les devants dans les moments clés de la rencontre. Mais que ce match pourra laisser des regrets ! Des regrets, non pas sur l’issue du match, victorieuse et tout à fait honorable, mais plutôt d’avoir laissé filer ce fichu point de bonus offensif qui fait défaut aux bleu et blanc depuis le début de la cuvée 2009-2010. Des regrets de ne pas revenir de façon plus prononcée sur un trio de tête qui ne se prive pas de remporter des victoires bonifiées dès qu’il le peut. On ne réécrit pas l’histoire mais au moins,  on ne peut pas reprocher au Réal d’avoir pris son adversaire à la légère ! Sérieux et appliqués, les joueurs rentrent tambour battant dans la rencontre, cantonnant les locaux dans leurs 30 m pendant une bonne dizaine de minutes. Mais… car comme souvent  il y a un « mais », l’indiscipline et une conquête en touche mal assurée ne permettent pas au Réal de convertir en points une domination outrancière… Jusqu’à cette combinaison en première main de ¾ extrêmement discrets depuis l’entame de la partie. Leur première réelle occasion est immédiatement transformée en essai, par l’intermédiaire de Benjamin Laborde idéalement lancé dans l’intervalle par son coéquipier Seb Fargues. Le Réal dégarnit enfin un tableau d’affichage qui restait bloqué sur un très honorable 53 à 47… Voilà le réal menant  tranquillement 7 à 0 pendant qu’il jouait à 14 suite au carton jaune attribué à l’incorrigible « Pâté ».

Le piège du faux-rythme…

Une fois n’est pas coutume, le problème du Réal est de ne pas savoir « tuer » ses matchs. Ou du moins, de ne pas savoir se mettre à l’abri pour éviter sueurs froides et compagnie à ses entraineurs et aux (nombreux) supporters. Manque de réalisme, pertes de balles,  décisions aléatoires, tous les ingrédients étaient réunis pour faire perdre la tête à des Campétois qui voyaient la victoire se dessiner tranquillement. Deux pénalités concédées plus tard ramènent les locaux à un point de leurs hôtes complètement démobilisés sans pour autant être inquiétés… Un paradoxe sûrement ! Mais quand il s’agit de repasser la marche avant, le Réal s’appuie cette année sur un pack solide, qui s’apparente à un sauveur en cas de grand danger. Il n’a encore jamais enclenché la marche arrière. Pourvu que ça dure me direz-vous, mais l’essai marqué une nouvelle fois par tout le paquet d’avant renvoya les locaux à 8 longueurs du Réal… C’est plié, circulez, il n’y a plus rien à voir ! Les joueurs pouvaient sortir les barbelés et se diriger tranquillement vers la fin de la rencontre. Victoire sans encombre sur le score de 14 à 6 ! Pour le beau jeu, on repassera mais l’essentiel était de gagner sur un terrain où il n’est jamais facile de s’imposer.

Cap sur Puyoo

Le match de dimanche prochain sera une toute autre paire de manches. Face à un adversaire direct pour la qualification et contre une équipe revancharde après avoir été battue à domicile, la partie est loin d’être gagnée. Handicapé par les absences conjuguées de Pâté (troisième carton jaune), de Kader (pèlerinage au salon de l’agriculture) et enfin de Lolo Pons… pardon Laborde (séjour linguistique au ski), les avants devront faire face à la furia de Puyolais en plein renouveau. Méfiance donc…. Il faudra certainement proposer autre chose pour pouvoir faire la passe de cinq victoires consécutives. Mais après tout, cette équipe ne nous a-t-elle pas habitués à sortir les grands matchs quand il le fallait ? Rendez-vous dimanche prochain pour la réception de l’URA Puyolais au Stade de l’Amitié de Campet et Lamolère à partir de 14h15.

 

Compositions :

Equipe Première

1-Zanchettin ; 2- Malaussane ; 3- C. Martinez ; 4- Brethes ; 5- Delamarre ; 6- Sauboua ; 7- Diaz ; 8- Pierre ; 9- Lafontan ; 10- Fargues ; 11- Mestrallet ; 12- B. Laborde ; 13-  Jaulin ; 14- Depis ; 15- Delas

16-Lagrue ; 17- Lailheugue ; 18- L. Laborde ; 19- Monget ; 20- Pabois ; 21- Parisit ; 22- Aparicio

 

Equipe Réserve :

1-El maghroub ; 2- Cazade ; 3- Labbé ; 4- Larrazet ; 5- Bernard ; 8- Lagrue ; 9- B. Darquier ; 10- Pabois ; 11- Daudigeos ; 12- Labat ; 13- Sicot ; 14- Legrand

16- Dejean ; 17- Peducasse ; 18- Gourgues ; 19- Louis ; 20- Dartigues ; 21- Boyer ; 22- J. Lafitteau-D

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site