Conseil de Classe

CONSEIL DE CLASSE DE MI-SAISON

En cette période de fêtes de fin d’année, à l’heure des bêtisiers et des innombrables rediffusions, l’équipe de realsoldevilla.fr vous propose un bilan de mi-saison pour ses deux équipes. Une sorte de conseil de classe de nos deux équipes engagées en championnat Côte Basque Landes de 3e/4e série.

Où en est le Réal ?

D’un point de vue purement comptable on pourrait penser que la Première est en retard sur les objectifs du début de saison. Occupant la 4e place du classement à 5 longueurs du 3e Amou et 13 du leader incontesté Menditte, la première place, objectif avoué de la nouvelle équipe dirigeante, semble s’éloigner quelque peu. Mais des circonstances atténuantes peuvent venir adoucir ce constat. Nous y reviendrons un peu plus tard.

L’Equipe Réserve quant à elle surprend tout son monde. Après une saison d’absence, le Réal était fier de pouvoir à nouveau présenter une équipe B chaque dimanche. Emmenée par un duo d’entraineurs-joueurs jeune et motivé, Pelo Dutoya et Xavier Sauboua, les Réservistes occupent à mi-saison une très encourageante première place grâce à un jeu tourné vers l’offensive et l’enthousiasme de chacun. A confirmer pour la phase retour.

Des statistiques mitigées

4e défense de la poule mais seulement 7e attaque. Ce constat n’a rien d’alarmant mais il suffit à marquer les lacunes de l’équipe 1.

Le Réal rencontre de nombreuses difficultés à concrétiser en points ses actions offensives. Des difficultés à marquer des points dues aux nombreuses blessures touchant les pistoleros du club. Benjamin Laborde, Franck Legal, Renaud Darquier ont tous à un moment donné manqué à l’équipe pour cause de blessure. Mais il ne faut pas se cacher derrière ces absences pour pointer du doigt un manque d’efficacité offensive. La force du Réal résidant avant tout sur la réussite du paquet d’avants associée à une défense hermétique de ses trois/quarts. Le Réal marque peu mais encaisse également peu de points.

La Réserve, quant à elle, a connu une entame de championnat en fanfare. Des essais à la pelle pour un feu d’artifice de jeu à la main. Elle possède à la fois la meilleure attaque mais également la meilleure défense. Pourvu que ça dure et que le réalisme offensif (moins évident avant la trêve) revienne pour le début des matches retours.

Une hécatombe de blessures

S’il devait y avoir un point noir à relever, l’hécatombe de blessures que connaît le club actuellement aurait très certainement la palme d’or au festival des indisponibilités. Cette série noire touche avant tout la ligne de trois/quarts et malheureusement des postes clés. A ce sujet le numéro 10 semble être maudit car à une seule reprise le Réal a pu enchainer deux matchs avec le même ouvreur. Les trois/quarts centres ne sont pas en reste eux non plus.

Ces difficultés à composer avec les blessures empêchent les entraineurs de lancer une même équipe à chaque match, d’où le manque d’automatisme offensif entre les joueurs. Mais cet ensemble qui peut paraître fragile résiste malgré tout à la crise : une défense solidaire et efficace de l’ensemble des joueurs permet au Réal d’occuper cette 4e place finalement méritée.

Ces nombreuses absences ont des répercussions sur l’équipe réserve. En effet, un effectif décimé entraine des changements perpétuels dans les compositions d’équipe et oblige donc les entraineurs à puiser dans le vivier de l’équipe 2. On assiste donc au retour sur les terrains d’entraineurs qui troquent le survêt au profit du short et des chaussettes.

Quelles attentes pour la phase retour ?

Le mois de janvier sera crucial et déterminant pour le Réal. Avec le retour des blessés, une efficacité offensive enfin retrouvée nul doute que la deuxième partie de saison peut s’annoncer brillante pour nos couleurs.

Avec un effectif complet, motivé et solidaire, tous les espoirs sont permis pour que le Réal retrouve des couleurs et continue sur la lancée d’une première phase finalement pas trop mal menée.

Avis du Conseil de Classe :

L’élève Réal Soldevilla doit poursuivre sur sa lancée en gommant ses lacunes à l’extérieur. Avec un peu plus de concentration et d’ambition il peut sans problème se hisser au niveau des « cadors ». Un bilan encourageant pour que cet élève redevienne lui aussi un épouvantail de la poule.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site