La parole aux scotchs 1erVolet

QUAND L’AMITIE MENE A L’AMBITION

Premier volet de notre saga « la parole aux scotchs », Renaud Parenteau, entraineur du Réal depuis le mois d’Aout 2009 va nous livrer ses sentiments sur ce premier tiers de championnat, son intégration au club, ses objectifs et ses désirs pour l’avenir. Autant de réponses sans tabou accordées à l’équipe du realsoldevilla.fr pour votre site internet

 

Realsoldevilla.fr : Renaud, peux tu nous raconter en quelques lignes ton parcours de rugbyman :

Renaud Parenteau : J’ai fait mes début dés l’âge de 5ans (oui, oui début des années 80) au Club Amical Morcenais dit le CAM .Parcours classique, école de rugby jusqu’en séniors (pas de titre en particulier si ce n’est une montée en fédérale 3 pour ma première année Sénior, encadré cette année là par un homme au grand cœur Thierry Adoue). Ce même homme m’incita à évoluer au Stade Montois Rugby, en National B sous l’ère de Mr Duplantier, 2 années sous les couleurs jaune et noir. Mes ambitions professionnelles (chef de rayon chez Carrefour) ne me permettant pas de m’investir à 200% dans un club de haut niveau, je me suis dirigé vers le club de Saint Pierre du Mont, y restant 2 ans (y décrochant au passage un titre de champion du comité Côte Basque 3éme série, ainsi qu’une montée en 1ére / 2éme série, encadré par Pierre Barsacq). A la recherche d’un nouveau défi, me voilà sur la pelouse de la JSV, durant 2 ans en fédérale 2 dirigé par le couple Truchot/Baudry. Retour aux sources, me revoilà sous les couleurs noir et blanc du CAM encadré par Claude Poupli et plus tard, de nouveau Thierry Adoue avec 3 années soldées par 2 boucliers Comité Côte d’Argent promotion d’honneur et honneur, suivie d’une montée en fédérale 3. De retour à Villeneuve de Marsan en fédérale 3 encadré par Truchot /Toulouze. (Montée en fédérale 2, finaliste championnat de France fédérale 3 la première année. Me blessant aux cervicales la deuxième année, lors d’un match contre Aire sur Adour, celui ci clôturera ma carrière de joueur. Le Rugby quelle grande Famille !!

 

Realsoldevilla.fr : Qu’est ce qui a pu te motiver à passer de l’autre côté de la barrière et à devenir entraineur à Villeneuve de  Marsan ?

Renaud Parenteau : Suite à ma blessure saison 2007/2008, le  club de Villeneuve de Marsan m’a offert la possibilité d’entrainer la fédérale B et également de passer mon brevet d’entraîneur fédéral. C’est pour cela que j’ai décidé de continuer à fouler les pelouses, de découvrir une nouvelle aventure sportive, en bref un nouveau chapitre dans la vie d’un rugbyman passionné. Le rugby a fait ce que je suis aujourd’hui et c’est tout simplement que j’ai voulu lui rendre ce qu’il m’a donné.

 

Realsoldevilla.fr : Te voilà aujourd’hui entraineur de l’Equipe Première du Réal Soldevilla Campétois. Peux-tu expliquer aux internautes la façon dont s’est déroulée ton arrivée dans ce club à l’état d’esprit si particulier ?

Renaud Parenteau : L’amitié (Pâté, Pello) a joué un grand rôle dans ma venue au réal (le stade de l’amitié porte bien son nom), mais c’est aussi l’enthousiasme et la motivation d’une poignée d’hommes tel que Malo, Manu Bourdet et Olivier Jaulin qui m’a séduit et entrainer dans ce projet de reconstruire et de pérenniser ce jeune club. La 1ère  réunion pour exposer et échanger nos idées communes se déroula chez Malo (petit repas sympathique avec vin chaud à volonté - merci la cheminée), ensuite nous nous sommes réunis à 2 reprises chez Coupiot (Hôtel des Pyrénées) pour y enrichir ce projet si audacieux (on se rappellera d’une sauce au poivre vert au bon goût d’échalote).

En bref, une réelle opportunité de  prendre ce club pour y faire mes 1er pas en tant qu’entraineur principal couplé d’un projet ambitieux.

 

 

Realsoldevilla.fr : Cette année, tu es en charge de l’équipe Première du Réal, avec un effectif complet à ton entière disposition. Un vrai luxe par rapport à tes prédécesseurs depuis la naissance du club. Comment juges-tu cette première expérience, aux côtés de « Cancan », en tant que coach d’une équipe Première ?

Renaud Parenteau : En effet c’est un vrai luxe pour un entraineur que d’avoir un effectif des plus riches tant sur le quantitatif que sur le qualitatif. Avec Cancan, on forme un duo complémentaire, lui étant passionné par l’offensive et moi-même par le combat. On se découvre et s’apprécie de semaine en semaine à l’image de l’équipe première qui progresse au fil des matchs.

 

Realsoldevilla.fr : Avec l’équipe dirigeante, vous vous étiez fixé, en début de saison, des objectifs élevés : 1ere place de la poule et un bouclier de côte Basque Landes. T’attendais-tu à connaître un niveau aussi élevé où crois-tu au contraire que le Réal n’exploite pas pleinement (du moins pour le moment) son potentiel ?

Renaud Parenteau : Je connais ce niveau pour l’avoir pratiqué avec St PIERRE du MONT,  je pense plutôt que la machine a eu un peu de mal à se mettre en route. Il est toujours difficile de trouver ses repères au milieu d’une foule de nouveaux joueurs, sans compter sur les nombreuses blessures qui ont également pénalisé nos prétentions, donc oui le Réal n’a pas encore exploité tout son potentiel. On voit bien les joueurs s’épanouir au fil des matchs et le point positif est la présence en nombre aux entrainements. Le vendredi qui précédait la réception de Sare, on pouvait comptabiliser près de 45 joueurs (certains clubs de niveau supérieur n’atteignent pas ce nombre, donc encourageant)

 

Realsoldevilla.fr : Penses-tu que ces objectifs peuvent toujours être d’actualité, ou le trou est déjà fait (17 points de retard sur le leader Menditte et 7 sur le 3e St Pierre du Mont ndlr) ?

Renaud Parenteau : Connaissant les autres prétendants au titre, je pense que le bouclier de côte Basque Landes 3ème série est largement à notre portée et qu’une troisième place est mathématiquement plus qu’envisageable.

 

Realsoldevilla.fr : Un mot à présent sur ce début de saison… Quels ont été les points positifs et négatifs que tu as pu relever après ce premier tiers de championnat ? Que manque t-il à l’équipe pour qu’elle aspire à aller plus haut ?

Renaud Parenteau : Le gros point positif est l’état d’esprit général, l’enthousiasme, la détermination et la générosité des gars qui font que les entrainements sont toujours aussi sérieux  (même dans un club légèrement décalé on y trouve du sérieux et surtout du respect). Le point négatif est ce manque de finition, de concrétisation sur certaines actions, on ne va pas assez derrière la ligne par manque sans doute de concentration « surtout à des moments clés du match ».

Un manque ! ……… un match à 5 points avec le bonus offensif pour prendre encore un peu plus confiance.

 

Realsoldevilla.fr : Si tu avais un rêve, un souhait pour cette fin de saison, quel serait-il ?

Renaud Parenteau : De voir les gars soulever le bouclier CBL 3ème série, suivi par un énorme parcours en championnat de France, ils le méritent tous.

 

Realsoldevilla.fr : Un petit peu d’indiscrétion… Quels sont tes objectifs personnels en tant que coach ? Aspires-tu à aller voir un peu plus haut ?

Renaud Parenteau : Joker….   

 

Realsoldevilla.fr : Pour finir, Dominique Pierre, plus connu sous le nom de « Pâté » a signé un retour fracassant à la compétition contre Sare… Peux-tu nous dire un petit mot sur son carton jaune ? Ou en tant que très bon ami tu ne te permettras pas de juger…

Renaud Parenteau : Ce n’est pas un jugement que de dire qu’il est actuellement à 100%...... oui oui  à 100%, soit 2 cartons jaunes en 2 matchs de championnat en équipe première. Je peux quand même confirmer une chose, Pâté est en nette progression pour cette année ; contre Sare il est rentré en cours de jeu et a écopé d’un jaune au bout de 5 minutes, l’an dernier, à Villeneuve-de-Marsan il avait été récompensé d’un beau carton rouge au bout de seulement 2 minutes (rentré également en cours de jeu)

Pâté  fais partie des anciens sur qui le Réal peut compter à 200%, tout comme des François, Denis, Renaud, Seb, Jo, Manu, Malo etc. …on a toujours besoin d’un vieux et cette année plus que jamais.

 

Realsoldevilla.fr : Si tu avais un dernier mot à dire à tes fans ? Quel serait-il ?

Renaud Parenteau : Cela dépend de quel fan.

Si c’est un fan qui joue au Réal je lui dirai « Confiance », on va y arriver, tous ensemble.

Si c’est un fan supporter du Réal je lui dirais « Encore », il faut continuer à venir encourager les joueurs du Réal, ils le méritent.

Et si c’est un fan dirigeant ou bénévole du Réal je lui dirais « Merci », merci pour votre investissement et engagement pour le Réal Soldevilla Campétois

 

Réalsoldevilla.fr : Merci beaucoup Renaud d’avoir répondu à nos questions. Toute l’équipe de realsoldevilla.fr te souhaite ses meilleurs vœux de réussite pour la fin de la saison.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×