Patron, une 1/2 siou plait !E2

Patron, Une demie siou plait !

 

De parole de connaisseur, on n’apprécie jamais autant les demi(e) s, que lézardant en plein soleil, entouré d’une foule agréable. Et ce ne sont pas les habitués, ni les membres de l’Amicale de la place Saint Roch qui me contrediront.

 

Ce week-end toutes les conditions devraient donc être réunies pour savourer goulûment cette demi finale qui attend les réservistes Campétois sur le terrain neutre de Narrosse. Une pelouse pas si neutre que cela d’ailleurs si l’on se souvient que la B s’était lourdement inclinée là-bas en phase de poule, face aux locaux, sur le score sans appel de 19 à 3. Certes la correction infligée aux Narrossais à Campet lors du match aller avait peut-être apporté un peu trop de suffisance au moment du retour. Mais samedi, à défaut du terrain, la donne aura changé. Les Campétois devront se retrousser les manches et éviter tout type de complexe au moment d’affronter la redoutable équipe de Saint Jean de Marsacq.

 

Petite bourgade nichée entre landes forestières et champs de maïs à mi-chemin entre Dax et Bayonne, blablabla, blablabla. Loin du descriptif d’une plaquette touristique lambda, ce qui nous intéresse, c’est avant tout que la commune s’est distinguée cette année par son classement. Finissants premiers de leur poule de 1ère/2ème Série, ils sortiront du tunnel dans la position de l’archi-favori. Sur les 22 rencontres disputées, la réserve de Saint Jean de Marsacq s’est imposée à 19 reprises pour 3 défaites. Autant dire un véritable épouvantail qui tentera de faire barrage à des Campétois qui vont crescendo, jusqu’à présent, en phases finales.

Et ils devront encore hausser leur niveau de jeu pour s’ouvrir les portes de la finale. Même si le parcours a été plus qu’honorable, personne n’a envie de stopper l’aventure maintenant. L’équipe a tout pour donner du fil à retordre à Saint Jean de Marsacq. Un groupe dont la cohésion donne le sentiment à chaque sortie de pouvoir renverser des montagnes et retourner en sa faveur n’importe quelle situation, même la plus mal embarquée. Un groupe de combattants qui savent s’effacer individuellement pour mieux rejaillir collectivement. Des gars unis dans le même élan avec les yeux tournés vers le même but, soulever le bouclier pour le bonheur de tout un club.

 

Vu les dernières prestations des réservistes, on peut être optimiste. Le parcours pour en arriver là a été semé d’embûches et pourtant les troupes de Xavier et Pélo ont toujours su relever la tête dans l’adversité. C’est certainement ce genre de sentiment qui les habitera au moment du coup d’envoi. L’excitation de l’événement mêlée à la peur de l’inconnu. Mais surtout une grosse envie d’aller, encore une fois, se dépasser pour décrocher la lune.

Lorsqu’on observe les résultats enregistrés en poule par Saint Jean de Marsacq face à Ustaritz, l’adversaire du week-end dernier, on s’aperçoit qu’ils se sont inclinés assez largement au pays basque pour prendre leur revanche sur leur pelouse, sur le maigre score de 3 à 0. Cela laisserait donc une chance non négligeable aux Campétois, s’il l’on se fiait aux statistiques. Mais la vérité du jour n’étant pas celle du lendemain, n’oublions pas qu’à la faveur des pronostics, les Campétois seraient depuis longtemps déjà en vacances.

 

Il faudra donc aborder ce match sans pression excessive, juste celle qu’il faut pour réussir un(e) bon(ne) demi(e). Ainsi nous pourrions lever nos verres à une victoire qui nous ouvriraient en grand les portes de l’Olympe, à 80minutes de devenir les Dieux du Stade… de l’Amitié. Et pour peu qu’un grand soleil vienne se joindre à la fête et que la foule autour de la main courante soit agréable, quel meilleur cadre pour apprécier une demie ? Et ce ne sont certainement pas les membres de l’Amicale de la Place Saint Roch qui me contrediront.

 

Par Benoit Dartigues

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×