Real Soldevilla - Pomarez (F)

ET NOUS SOMMES CHAMPIONS DE CÔTE BASQUE…

Ce dimanche sur la pelouse de Grenade, le Real a décroché le bouclier territorial de 4e série. Une ligne de plus inscrite au palmarès de notre club qui courait après un titre depuis 2005.

Fiche technique :

Le Real Soldevilla Campétois bat l’US Pomarez sur le score de 14 à 3 (mi-temps 11 à 3)

Stade Municipal de Grenade sur l’Adour ; 300 spectateurs environ. Orage et averse violente en 1ere période. Soleil et température printanière en fin de 2nde mi-temps.

Arbitre : M. Marc Marechal

Pour le RSC : 1 essai Mestrallet ; 3 pénalités R. Darquier

Carton blanc Malausanne

Pour l’USP : 1 pénalité n°15

 

On s’y attendait tous : quand deux équipes au rideau défensif imperméable s’affrontent, les points ne sont pas légions. Et comme la météo était elle aussi d’humeur grise et pluvieuse, les mouvements d’attaques se faisaient aussi rares que les cheveux sur le crâne à Gérard Meunot. Bref, comme on dit souvent pour les finales : le nom que l’on retient c’est toujours celui du vainqueur. Mais malgré cette redoutable fatalité, il y eut un match et pour pouvoir inscrire son nom sur ce très cher bouclier, il a fallu se sortir les tripes.

Pour la troisième fois de la saison le Real affrontait donc Pomarez. Pour mémoire les deux rendez-vous en phase régulière avaient accouché de matchs âpres, engagés et serrés. Comme le dit si bien l’adage, jamais deux sans trois. Et le proverbe s’est une nouvelle fois confirmé. Pour cette finale, les Chalossais entrent tambour battant dans la partie. Dominateurs, solides devant et avec des intentions de jeu, ils seront les premiers à faire mouche. Sur une « Sautée 2 », l’arrière, bien intercalé, prend l’intervalle et se fait la malle en direction du camp bleu et blanc. Stoppé à 25 m de l’en but, il amène le danger pour la 1ere fois de la partie dans la moitié de terrain du Real. Pénalisés pour une faute au sol, nos joueurs voient là, ce même numéro 15 inscrire les 3 premiers points au tableau d’affichage. Du côté Campétois, l’heure n’est pas encore à la panique. Appliqués et sérieux les « p’tits gars du Moun » prennent peu à peu les commandes du match. Avec Seb Fargues à la baguette, la stratégie était d'occuper le camp adverse par un judicieux jeu de déplacements au pied. Le n°10 Campétois fait des misères aux 2nd et 3e rideaux défensifs  des rouges et noirs. Mais l’égalisation, elle, intervient sur une superbe relance des 3/4. Initiée par Renaud Darquier, sur les 30 m bleu et blanc, le ballon vole de main en main, un peu à la Toulousaine, pour finalement pousser les Pomareziens, dépassés à la faute, 22 m face aux barres. Renaud, innarêtable ce dimanche, remet les compteurs à zéro. 3 à 3. On sent définitivement le Real lancé dans la partie. Une nouvelle pénalité sifflée contre les Chalossais sera également sanctionnée par la réussite de notre buteur. Le Real pèse sur le match. Le pack se reprend bien, pour infliger à son adversaire de terribles sessions de jeu au ras. En face Pomarez se montre dangereux par intermittence, surtout quand le demi de mêlé Castaignet décide de prendre la direction  des opérations. Malgré cela, ce sont toujours les bleus et blancs Campétois qui maitrisent le match. Le jeu au pied de déplacement de Seb Fargues fait de plus en plus de dégâts dans le camp adverse. Et cette stratégie se verra enfin récompensée peu de temps avant la pause. Après un judicieux jeu au pied en diagonale de notre demi d’ouverture, le feu follet Olivier Mestralet récupère le ballon pour aller aplatir en coin le seul et unique essai de l’après-midi. Le repos arrive sur le score sans appel de 11 à 3 pour nos joueurs.

De Stalingrad à Grenade…

La comparaison est osée, mais elle peut résumer à elle seule l’intensité du siège Pomarézien sur l’en-but Campétois. Un remake dont se seraient bien passé les supporters bleus et blancs venus en nombre dans les travées du Stade Municipal de Grenade sur l’Adour. Presque une demi-heure à voir nos joueurs arcboutés sous leurs poteaux à subir les impacts répétés des avants Chalossais. Autant de temps à se faire peur à chaque fois que le n°9, intenable, prenait le ballon. Des sueurs froides, le duo d’entraîneurs aussi à dû en avoir. Mais les joueurs sont restés maîtres de leur destin, ont laissé passer l’orage (au sens propre comme au figuré) pour gratter au sol d’importantissimes ballons de récupération. Quand finalement la tempête rouge et noire semble s’éloigner, les Campétois remettent la main sur le ballon et se montrent à nouveau dangereux dans le sprint final. Une première pénalité manquée, 25m à gauche des perches, par Renaud ne fera que repousser les premiers contours de la victoire. A signaler, sur ce coup de pied, un magnifique loupé et une chute à diffuser dans les plus grands bêtisiers pour notre buteur malheureux. Mais ce dernier se rattrapera quelques minutes après au même endroit, reléguant ainsi ¨Pomarez à 11 unités au tableau d’affichage (14 à 3). Les derniers assauts Chalossais ne changeront rien. Le Real est champion Côte Basque/Landes de 4e série. Une ligne qui manquait au palmarès, déjà riche, de ce jeune club. Les joueurs, supporters et dirigeants pouvaient laisser exploser leur joie. Certains ont pleuré (de bonheur) d’autres ont chanté, mais tous peuvent être fiers de la récompense obtenue.

Une saison agitée, entre nouveau départ et résultats en deçà des espérances affichées en début d’exercice, mais une juste récompense pour un groupe qui a toujours répondu présent aux entrainements. Un collectif est certainement né ce week end. Le magnifique parcours de l’équipe Réserve, ajouté à ce titre redonne des couleurs au Real Soldevilla Campétois. La saison est déjà belle. Elle peut l’être encore d’avantage… L’aventure continue, cette fois ce sera en Championnat de France…..

Un grand merci à la municipalité de Campet pour la réception et le Champagne. Il n’y a plus qu’à espérer que cette scène se reproduise un beau soir étoilé de juin…

 

Composition 

Real Soldevilla Campétois

1-Zanchettin ; 2- Malausanne ; 3- C. Martinez ; 4- Gilles ; 5- Delamarre ; 6- Lalanne ; 7- F. Sauboua ; 8- Brethes ; 9- Lafontan ; 10- Fargues ; 11- Jaulin ; 12- R. Darquier ; 13- B. Laborde ; 14- Mestrallet ; 15- Daudigeos

16- Barat ; 17- Meunot ; 18- Lagikula ; 19- Monget ; 20- B. Darquier ; 21- Sicot ; 22- Bourdé

Ent. R. Parenteau et Cancan Ferrière

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×