Réal Soldevilla-RUJC/Menditte

ENTRE BONHEUR ET FRUSTRATION

 Pour ce nouveau week-end ensoleillé, les joueurs ont une fois de plus ravi le nombreux public du Stade de l’Amitié. Deux rencontres au final haletant, mais au résultat… différent.

 

Ce week end 100% rugby sentait bon les phases finales du côté de Campet et Lamolère. Les réservistes recevaient samedi Ustaritz (1/2e série) en ¼ de finale de la Coupe des Réserves du Comité et la Une se frottait dimanche au leader Menditte en ½ finale aller. Malgré des fortunes diverses, nos joueurs ont fait honneur à leurs couleurs. Et c’est certainement ça le plus important dans ce monde du rugby qui dérive peu à peu vers des excès loin de notre « philosophie ».

 

Fier de notre réserve 

Sur le papier cette rencontre à élimination directe, paraissait déséquilibrée. Ustaritz vient de terminer largement 1er de sa poule de 1/2e série et sa réserve 3e après avoir infligé de sérieux cartons à ses adversaires de poule. L’échauffement, puis les 1eres minutes de jeu ne feront que confirmer cette donnée. Autre aspect déterminant : les ¾ adverses vont vite… Trop vite même puisqu’en à peine 5 minutes de jeu et quelques ballons écartés, les gazelles basques s’en vont transpercer le rideau défensif ultraperméable du Réal. Un essai d’école inscrit un peu trop rapidement qui semble annoncer une partie bien bien longue. Mais comme les lois du sport sont souvent impénétrables et aléatoires, nos joueurs vont peu à peu prendre confiance en leur jeu et venir titiller l’ogre sang et or. La recette maison : proposer du combat devant et recoller les joints en défense. Le tout en poussant à la faute l’adversaire basque et ses bruyants supporters. La pénalité inscrite par Ajax ira dans ce sens. Mais même si nos joueurs ne prennent plus l’eau, ils font des fautes et atteignent la pause, menés sur le score de 11 à 3.  Pas de remontées de bretelles, au contraire, mais plutôt des encouragements pour aborder le 2e acte.

De retour sur le terrain, les bleus et roses du Réal reviennent avec de meilleures intentions. Les réservistes  prennent peu à peu les commandes du match en inscrivant deux superbes essais. Le 1er par Ben Pabois qui s’en va aplatir, pas trop loin des perches, l’essai de la révolte : à la suite d’un contre, il va plus vite que ses adversaires pour relancer une partie qui commençait à s’endormir. Puis c’est Manu Bourdé, l’innarêtable co-président joueur, qui s’en va inscrire 5 points supplémentaires au planxot. A la suite d’une chevauchée fantastique extraordinaire, il fausse compagnie à ses défenseurs pour inscrire le plus bel essai de l’après-midi. Les joueurs ont pris les commandes du match et tout le public se met à rêver à un incroyable exploit. 15 à 11 pour le Réal à 15 minutes de la fin. Seul problème, les sangs et or d’Ustaritz vont toujours aussi vite…trop vite derrière, et une petite erreur d’inattention en défense amène le 2e essai des arrières basques. Heureusement…non transformé.

 

De l’ombre à la lumière

16 à 15 pour les Basques, tout est à refaire et les 5 dernières minutes seront d’une dramaturgie inimaginable. Alors… Imaginez. Sur le coup de renvoi, les réservistes jettent leurs dernières armes dans la bataille. Ils récupèrent la balle et portent immédiatement le danger dans les 22 m adverses. Un jeu collectif redoutable pousse les adversaires, dépassés, à la faute. Une pénalité, 10 m face aux poteaux, tombe du ciel et c’est presque du pain béni pour le redoutable artilleur local, Cédric Aparicio. Hélas, la fatigue, ou la pression, lui font manquer son coup de pied qui passe à droite des perches. L’occasion était trop belle et la chance de remporter cette rencontre, s’était peut-être, elle aussi, envolée. Mais nos joueurs ont du cœur et du courage à revendre. Sur le renvoi, ils lancent une nouvelle offensive, en plein cœur de la défense adverse, par des enchainements avant/trois-quarts magnifiques et sans faute de mains. Jusqu’à…. Cette nouvelle pénalité accordée à nos joueurs. Une pénalité un peu plus difficile, située sur les 25 m et légèrement décalée sur la droite. Sous pression, l’ailier local allait la taper à reculons… Mais cette fois-ci, ça passe et l’arbitre pouvait siffler la fin d’un match héroïque et fantastique de la part de nos joueurs. Quelle belle leçon d’envie, de courage et de détermination ils ont pu nous donner aujourd’hui.

Cette victoire récompense le travail de tout un groupe, de tout un club avec des joueurs qui n’ont rien lâché durant toute la saison. Que la fête fut belle, jusqu’à pas d’heure, et avec l’envie de prolonger le rêve quelques semaines encore… Si possible. Décidément, cette équipe nous surprendra à chacune de ses sorties. Maintenant, place à la remobilisation et au match de Saint Jean de Marsacq, leader de sa poule de 1ere série Réserve. Cette équipe nous surprendra encore, alors continuons à rêver avec elle.

 

La tête haute

Les regards de l’injustice planaient sur le Stade de l’Amitié, en ce dimanche 18 avril. Un sentiment de frustration et de tristesse pouvait se lire sur chaque visage. Oh non, les joueurs ne sont pas passés à côté de leur match. Ils ont même certainement réalisé l’un des matchs les plus aboutis de la saison. On pourrait même regretter d’arriver à un tel niveau de jeu à ce stade de la compétition.

Vous l’aurez deviné, le Réal s’est incliné… mais avec la manière et avec un arbitrage pas toujours bien compris. Bref, l’essentiel est ailleurs et on se consolera en se disant qu’il y a toujours un match retour. En face, Menditte se déplaçait handicapé par de nombreuses absences pour cause de blessure mais abordait cette rencontre avec la même philosophie de jeu : prendre du plaisir et produire un maximum de jeu. Et une fois n’est pas coutume, dans le sillage de leur redoutable arrière, les basques attaquent la rencontre pied au plancher. Le Réal laisse passer l’orage pour prendre les commandes de la partie grâce à ses avants. S’ensuit une longue domination de plusieurs minutes, avec un siège infructueux sur la ligne d’essai des Mendikotars. Malheureusement, des problèmes de finition (ou d’appréciation du corps arbitral) ne permettront pas aux locaux de scorer durant cette période. Ce que ne feront pas les Basques qui inscriront un essai dès la 1ere relance de leur numéro 15. Une remontée balle en main de 50 m qui terminera sa course dans l’en but bleu et blanc. Quel super joueur. La pause arrive sur le score de 5 à 3 pour les Souletins.

 

Chassé-croisé

La deuxième période sera du même acabit. Le Réal dominateur par ses avants, et capable de joli mouvement d’envergure derrière, étouffe complètement son adversaire. Le manque de réalisme se prolonge et quand on voit les avants s’écrouler 3 fois consécutivement dans l’en-but, on pense enfin que le score basculera du côté Campétois. Malheureusement, des arbitres jamais bien placés ou des mains basques viendront gâcher la fête. Les 10 dernières minutes de la rencontre laisseront la place à un chassé croisé de buteur. Séb Fargues répondant au drop du demi d’ouverture adverse de la même manière. 12 à 11 pour le Réal avant la dernière action. Sur le renvoi, l’arbitre « offre » une pénalité aux jaunes et noirs à 40 m face aux perches. Le buteur local ne se fait pas prier et offre la victoire (bien heureuse) à ses partenaires. Score final 14 à 12. La fin de rencontre sera houleuse et les joueurs, se sentant trahis par le corps arbitral, laisseront éclater une grande frustration.

 

Le Réal n’est pas forcément le « Caliméro » du Comité, mais il aurait mérité un meilleur sort au vu de la physionomie de cette rencontre. Les Mendikotars ont quant à eux été fidèles à leur réputation : joueurs et emmenés par un excellent arrière. Le match retour s’annonce compliqué, mais est-ce bien là l’essentiel ? Réponse dimanche sur les vertes prairies de la Soule.

 

Ce week end nos joueurs (Réserve et Première) ont offert beaucoup de bonheur à leur public et leurs dirigeants. En terme d’envie, de jeu et d’engagement, ils ont répondu présent pour que cette saison ne se termine pas dans la déception. Il nous reste quelques semaines, encore, à vibrer à leurs côtés. Nul doute que cet enthousiasme saura nous transporter durant plusieurs rencontres et encore quelques après midi ensoleillés. Rendez-vous le week end prochain.

 

Compositions

 

Equipe Réserve :

 

1-Meunot ; 2- S. Martinez ; 3- Taufanoa ; 4- Gérard ; 5- Sonotasi ; 8- Gourgues ; 9- Veyssières ; 10- Pabois ; 11- Aparicio ; 12- Labat ; 13- Bourdé ; 14- Legrand

 

16- Dejean ; 17- Peducasse ; 18- Lailheugue ; 19- Lagrue ; 20- Parisit ; 21- Guenon ; 22- Dartigues

 

Entr. Pelo Dutoya et Xavier Sauboua

 

Equipe Première :

 

1-Zanchettin ; 2- Malaussane ; 3- C. Martinez ; 4- Gilles ; 5- Delamarre ; 6- L. Laborde ; 7- Pierre ; 8- Brethes ; 9- Lafontan ; 10- Fargues ; 11- Daudigeos ; 12- B. Laborde ; 13- Jaulin ; 14- Depis ; 15- Delas

 

16- Barat ; 17- Labbé ; 18- Monget ; 19- Diaz ; 20- F. Sauboua ; 21- B. Darquier ; 22- Sicot

 

Entr. Renaud Parenteau et Cancan Ferrière

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×