Réal Soldevilla - Sare

C’EST BON POUR LE MORAL 

Pour la réception des équipes de Sare, la première renoue avec le succès et la réserve s’enfonce dangereusement. Retour sur un dimanche contrasté… Avec un peu de retard

Tout d’abord, veuillez excuser l’absence ce dimanche, au Stade de l’Amitié de Campet et Lamolère, des rédacteurs habituels des résumés de match, occupés, une fois n’est pas coutume à soigner un petit virus ou en plein dans les cartons. Malgré tout, les nombreux relais qui composent l’équipe rédactionnelle nous ont tout de même bien indiqué le déroulement des rencontres…

L’enjeu était simple, une victoire sinon rien. Car après la grosse désillusion subie du côté de Pomarez le week end dernier et l’énorme remontée de bretelles qui s’en suivit, les joueurs Campétois n’avaient pas d’autre choix que de l’emporter, et avec la manière si possible ! La réserve devait quant à elle se ressaisir pour ne pas connaître une 3e défaite consécutive. Le tout s’il vous plait servi pour la réception des équipes de Sare…  C'est-à-dire tout, sauf une partie de plaisir.

Commençons pour une fois par l’équipe réserve. On se souvient encore de ce match aller… où les réservistes faisaient feu de tout bois en imposant et en proposant un festival offensif remarquable à leurs adversaires. C’était il y a trois mois environ. Ce week end, les Campétois ont subi leur premier échec de la saison à domicile, en terminant ainsi avec cette invincibilité au Stade de l’Amitié. Pourtant tout n’a pas été mauvais. La faute à un passage à vide d’un quart d’heure au cours duquel les locaux laissaient envoler leurs espoirs de succès, atteignant la pause avec un handicap de 15 points pas forcément évident à surmonter….  Défaite difficile à digérer sur le score de 22 à 7. La victoire est indispensable à Narrosse.

Mais contrairement au match aller, le destin de l’équipe première fut tout autre. Pourtant on ne peut pas dire que ce soit l’entame du match, une nouvelle fois complètement manquée, qui lança la partie des bleus et blancs…

De nouveau bousculé en conquête, absent au combat, dans l’engagement et dans la motivation, on voyait déjà le Réal nous offrir le même scénario qu’à Pomarez.  Encore un premier quart d’heure aux abonnés absents et voilà Campet qui encaisse déjà le premier essai de la partie, heureusement non transformé… Ce coup du sort eut au moins le mérite de remettre tout son monde dans le bain et de lancer (pour de bon) la partie des locaux. Les avants enclenchèrent la marche avant, les trois quarts lâchaient la cavalerie et voilà le Réal prenant le match à son compte, balayant tout sur son passage, cantonnant ainsi les conquistadors basques dans leur camp. Deux pénalités de Renaud Darquier viendront sanctionner la domination Campétoise mais pas encore suffisante pour passer devant à la pause. Le Réal est alors mené sur le score de 11 à 6 après deux nouvelles réalisations du buteur visiteur. Une fin de mi-temps conclue dans l’incompréhension la plus totale quand, par trois fois, les « gros » du Réal enfoncèrent leurs vis-à-vis pour s’empaler dans l’en but basque sans que l’homme en vert ne daigne accorder l’essai… Il faudra bientôt équiper le Stade de l’Amitié d’un arbitrage vidéo pour ne pas connaître pareilles désillusions. Trois joueurs du Réal sur le ballon ne suffisaient pas encore au Directeur de jeu pour enfin accorder l’essai de la délivrance. Ce n’était que partie remise me direz-vous, mais cela suffit pour finir d’agacer des joueurs locaux particulièrement remontés et désireux de ne pas laisser passer cette injustice.

Le match reprenait ses droits et après plusieurs « cocottes » d’école qui emportaient tout sur leur passage, à l’image de la tempête Klauss (qui a fêté son premier anniversaire), Xavier Lafontan en bon meneur d’hommes qu’il est s’échappe en compagnie du paquet d’avants pour aller pointer l’essai du soulagement pour le Réal. Les locaux prenaient enfin l’avantage au tableau d’affichage. La domination du Réal était alors de plus en plus forte et pressante. Deux essais plus tard, signés Olivier Jaulin (pour fêter de la meilleure des façons son anniversaire à la suite d’un superbe mouvement des trois quarts) et l’autre par le pack, enfonçaient définitivement les derniers espoirs basques.   

On retiendra malgré tout le superbe carton rouge reçu par Sébastien Malaussane qui a certainement voulu intimider son vis-à-vis… Mais le n°12 visiteur s’étant finalement autodénoncé, notre co-président prit la direction du frigo avec ce dernier… du jamais vu ! On soulignera également le retour très marqué de Pâté à la compétition ponctué d’une biscotte jaune… On ne perd pas les bonnes vieilles habitudes…

Enfin, une partie somme toute rondement bien menée avec des trois quarts tranchants et efficaces, un paquet d’avants souverain et motivé, le tout pour le match le plus abouti depuis le début de la saison. Hormis la dernière action où Joël Delas dévissa son coup de pied, alors que l’arbitre s’apprêtait à renvoyer tout le monde au vestiaire (ce qui lui valut un calot bien mérité), le Réal domina relativement bien les débats. Plus que quelques détails à régler lors des entames pour enfin connaître des parties plus sereines. De bon augure avant le déplacement à Narrosse, en banlieue « Culrougienne »… Alors oui, c’est bon pour le moral… !!

 

Equipe Première

1-Zanchettin ; Malaussane ; 3- C. Martinez ; 4- Lagrue ; 5-Delamarre ; 6- F. Sauboua ; 7- Monget ; 8- Lalanne ; 9- Lafontan ; 10- Fargues ; 11- Jaulin ; 12- Darquier ; 13- Labeyrie ; 14- Mestrallet ; 15- Delas

16-Barat ; 17- Brethes ; 18- Larrazet ; 19- Pierre ; 20- Gilles ; 21- Depis ; 22- Guesnon

 

Equipe Réserve :

1-Dejean ; 2- Cazade ; 3- Lafitteau Y. ; 4- S. Martinez ; 5- Laborde ; 8- Lailheugue ; 9- Lafitteau J. ; 10- Aparicio ; 11- Ravier ; 12- Parisit ; 13- Daudigeos ; 14- Legrand

16- Bou ; 17- Peducasse ; 18- Gérard ; 19- Gourgues ; 20- Diaz ; 21- ; 22- Boyer

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site