RSC - St Jean/Menditte

DES REGRETS, DES REGRETS, DES REGRETS

Un week end sans et plein d’amertume se referme sur le Réal Soldevilla Campétois. Les deux équipes s’inclinent et laissent avec elles un sentiment d’inachevé…

Alain Souchon a bel et bien chanté ses regrets et nos joueurs eux, ont laissé filer la chance de s’offrir encore quelques semaines de rêves. Tout n’est pas encore perdu pour l’équipe Première qui disputera dimanche 9 mai la finale Côte Basque/Landes de 4e série face à Pomarez. Mais le parcours des Réservistes, lui, a subitement pris fin samedi en banlieue dacquoise… retour sur un week end qui aura longtemps la couleur des regrets.

L’histoire s’achève

Une semaine après l’exploit réalisé face à Ustaritz et une partie en tous points remarquable, les joueurs se sont inclinés face à une équipe largement à sa portée. Pourtant St Jean de Marsacq se présentait face au réal avec le statut d’archi-favori. Premier de poule en 1/2e série, les hommes du Marensin avaient malgré tout difficilement éliminé l’équipe Narrossaise en ¼ de finale. Et l’entame de match, à l’avantage de nos joueurs, pouvait inciter à l’optimisme et à une fin, une nouvelle fois, heureuse. Domination Campétoise, groupés pénétrants salvateurs des avants et une défense intraitable, tous les ingrédients qui ont fait la force de cette équipe étaient réunis. Pourtant, les Saintjeanais subissent mais ne laissent pas l’occasion aux Campétois de fleurir un tableau d’affichage bien morose. Une seule occasion en 1ere mi-temps sera donnée à Aparicio d’inscrire les premiers points de la partie. Malheureusement pour lui et ses coéquipiers, le vent détournera le ballon de sa trajectoire initiale. Les adversaires de la côte prendront peu à peu les commandes des opérations pour se montrer dangereux avant la pause. Et il faudra toute la bienveillance de Legrand pour pousser en touche l’ailier adverse qui s’était fait la malle dans le gruyère Campétois. Des dernières sueurs froides viendront gagner nos rangs lorsque les avants adverses flirteront avec l’en but des bleus et roses. Malgré cela, rien ne sera marqué en 1ere période et pour du rugby à 12 où les espaces sont légions, il faut bien se rendre à l’évidence : l’enjeu a véritablement tué le jeu. Circulez, rien à voir de plus pour ces 30 premières minutes.

Le deuxième acte repartira sur le même tempo. Des adversaires qui produisent peu, ou prou de jeu et des Campétois qui balbutient leur rugby, victimes de trop nombreuses fautes de main. Pourtant ce sont nos joueurs qui arriveront enfin à dégarnir le planxot. Consécutive à une faute adverse, Aparicio inscrit une pénalité peu évidente à 40 m décalée sur la droite. On pouvait penser la partie enfin lancée, mais le faux rythme installé depuis le début du match sera toujours de rigueur. Les adversaires taperont chandelles sur chandelles à chaque coup franc tout en attendant patiemment la faute de l’adversaire. Ce qui fut chose faite avec un ballon écarté dans l’anonymat le plus total et qui  viendra surprendre les bleus et roses par un essai marqué en coin. Manque de communication en défense et voilà les Marensinnois devant au tableau d’affichage : 5 à 3, tout reste à faire à 15 minutes du terme de la rencontre. Mais les adversaires d’un jour ont trouvé la faille dans le jeu Campétois et abusent sans cesse de longs ballons au pied, gênant considérablement les ¾ bleus et roses. Le baroud d’honneur de nos réservistes restera sans lendemain. Sono et Jimmy Nartus, stoppés à quelques centimètres de l’en but rouge et bleu et avec eux les derniers espoirs de qualification envolés.

Peut-on véritablement reprocher à nos joueurs de ne pas avoir franchi cette marche ? Je ne crois pas. Ils nous ont livré une saison incroyable, exceptionnelle, autour d’un duo d’entraineurs qui n’a rien lâché même dans les moments difficiles de l’hiver. Certains matchs resteront gravés dans les mémoires par la qualité du jeu produit : Narrosse, St Pierre du Mont, Ustaritz : un régal de rugby comme on l’aime, chez nous, à Campet. Alors merci Messieurs. Merci de nous avoir permis de vivre cette aventure à vos côtés. Les soirées étaient belles et  l’aventure inoubliable. Un groupe est certainement né et la mayonnaise entre jeunes et moins jeunes a bien pris pour nous livrer une saison dont on se rappellera encore bien longtemps. La saison n’est pas encore finie et certains auront probablement  leur mot à dire au moment de cocher les 22 noms qui composeront l’équipe 1ere…

Si près, si loin

Deux points de retard et un arbitrage « particulier » avaient eu raison de nos joueurs à l’issue du match aller. Pour cette 2nde manche, avec un peu de réussite et des facteurs extra-sportifs favorables, tout pouvait encore être jouable. Mais le challenge était trop difficile et malgré une belle prestation de nos couleurs, le Réal a du rendre les armes et se contentera finalement de la finale de 4e série face à Pomarez. Petit évènement cependant sur la verte pelouse basque : le retour prématuré de François Lalanne sur les terrains du Comité. Sa blessure au doigt ne serait, semble-t-il, plus qu’un mauvais souvenir.

Menditte remporte donc ce 2e round, non sans mal et accède à la finale de 3e série face à Pomarez. Pourtant, l’optimisme n’était pas de rigueur au stade Etchéco au moment d’aborder ce rendez-vous décisif. Malgré un premier acte, somme toute à l’avantage des locaux (6 à 0 pour les jaunes et noirs à la pause), nos joueurs laissent passer l’orage et attendent patiemment le moment opportun pour venir inquiéter son adversaire. Deux pénalités du redoutable arrière local mettront malgré tout les Mendikotars devant au tableau d’affichage. La pause arrive enfin et les Mendikotars auront eu la maitrise des opérations face à des Campétois sereins et se reposant sur une énorme défense. Fidèles à leur réputation les Basques produisent du jeu et on trouvé la parade pour contrer la puissance des avants adverses qui avaient fait des merveilles au match aller. Seul problème, et il est de taille, il va falloir commencer à marquer des points. Ce que feront quelques minutes après la reprise et de manière remarquable les ¾ Landais par une action à montrer dans toutes les écoles de rugby. 7 à 6 pour le Réal à 30 min de la fin du match grâce à un essai du très fringuant Jo Delas. On croyait que le plus dur était fait, mais c’était sans compter sur la fierté locale qui arrive à surpasser les pires difficultés : Un essai inscrit dans le fermé redonnera un avantage intéressant aux Mendikotars. 11 à 6 à 15 minutes de la fin, puis 11 à 10, toujours pour les jaunes et noirs. La fin de rencontre est tendue et sent la poudre. Le Réal joue son va-tout, mais c’est finalement le n°15 adverse qui inscrit les derniers points de la partie. Malgré une fin de match passionnante avec énormément de jeu produit, ce sont finalement les locaux qui remportent la mise et accèdent à la « Grande » finale. Score final 14 à 10 (au cumulé 28 à 22 pour Menditte). Cette partie pourra laisser des regrets et nous enlève deux joueurs pour la finale : Jo Delas avec un problème musculaire et Lolo Laborde avec son nez cassé. Tout le club leur souhaite un bon et rapide rétablissement. En espérant qu’ils puissent poursuivre l’aventure aux côtés de leurs coéquipiers. Un grand bravo à cette belle équipe Basque qui, je me répète une fois de plus, n’a pas volé son fauteuil de leader. Le Réal leur souhaite ses meilleurs vœux de réussite pour cette fin de saison et beaucoup de bonnes choses pour l’étage supérieur.

Un week-end qui serait presque à oublier. Mais dans cette atmosphère de regret ambiant, il ne faut pas oublier qu’il reste un bouclier à aller chercher le dimanche 9 mai prochain. Et celui-ci pourrait valoir tout l’or du monde puisqu’en cas de victoire, nos joueurs seraient assurés de se hisser dans les phases finales du championnat de France. Une belle aventure pourrait donc se présenter à nouveau, mais mieux vaut ne pas tirer de plan sur la comète au risque de tomber de haut et de voir cette saison s’achever en queue de poisson. Pour chasser les regrets, autant se remettre en selle le plus vite possible. Et cela passe par une présence indispensable à l’entrainement de mercredi… A bon entendeur !!

Compositions

Equipe Réserve :

 1-El Magroub ; 2- S. Martinez ; 3- Taufanoa ; 4-Sonotasi ; 5- Peducasse ; 8- Gourgues ; 9- Veyssières ; 10- Bourdé ; 11- Legrand ; 12- Labat ; 13- Guesnon ; 14- Aparicio

 16- Dejean ; 17- Cazade ; 18- Gérard ; 19- Nartus ; 20- Dutoya ; 21- Dartigues ; 22- Boyer

Ent. Baptiste Dutoya ; Xavier Sauboua

Equipe Première :

 1-Zanchettin ; 2- Malaussanne ; 3- Meunot ; 4- Gilles ; 5- Brethes ; 6- L. Laborde ; 7- Larrazet ; 8- Pierre ; 9- Lafontan ; 10 - Fargues ; 11- Daudigeos ; 12- R. Darquier ; 13- B. Laborde ; 14- Jaulin ; 15- Delas

 16- Barat ; 17- Labbé ; 18- Lalanne ; 19- Monget ; 20- B. Darquier ; 21- Sicot ; 22- Parisit

Ent. Renaud Parenteau ; Cancan Ferrière

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site