03/02/2012 : Ciboure - RSC

03/02/2012 : Ciboure - RSC

Du courage, du courage


C’est ce que les campétois qui n’ont rien lâché malgré l’ampleur du score ont opposé à une équipe surdimensionnée à ce niveau ; supérieurs physiquement à tous les postes les ziburutars ont tout de même du s’employer à fond pendant 80 minutes pour justifier leur standing.
Dès la 8ème minute les locaux concluaient en bout de ligne leur première action aboutie de la partie. A la 20ème la défense cédait une nouvelle fois perforée en son centre. Les campétois profitaient des miettes et restaient dans la partie ; après avoir touché une première fois le poteau Hué claquait un drop à la 26ème minute, ramenant la marque à 14-3.
A la demi-heure de jeu explication musclée entre trois quarts et, tradition basque oblige, Luciennade (ou Harinordoquette) d’un supporter campétois qui s’excusa platement auprès des dirigeants cibouriens en fin de rencontre.
A la 36ème le pack bleu et jaune emportait son vis à avis, essai une nouvelle fois transformé par l’artilleur local ; moins heureux Hué touchait de nouveau du bois à la 40ème.


Mi-temps : RC Ciboure : 21 Real Soldevilla Campétois : 3


La seconde période fut très longue pour les landais battus en puissance, vitesse et technique mais accrocheurs en diable ; le score aurait pu être beaucoup plus sévère sans l’engagement défensif de chacun. Troublés dans leur jeu les cibouriens multipliaient les fautes de main ou les mauvais choix mais prenaient inexorablement le large à partir de la 50ème minute où la défense finissait par céder une nouvelle fois en son centre .
Régulièrement les vagues cibouriennes venaient saper la défense landaise de plus en plus à la peine physiquement ; quatre nouveaux essais aux 58, 64, 70 et 78ème minutes venaient donner une ampleur somme tout logique au score, au vu des forces en présence.


Score final : RC Ciboure : 52 Real Soldevilla Campétois : 3


L’équipe 2 où ont évolué 10 joueurs qui ont ensuite doublé en équipe 1 avait essuyé les plâtres en lever de rideau : 39 à 0 au coup de sifflet final.


Le groupe de campétois solidaires dans la tourmente : Zanchettin, Busquet, Dejean, Painset, Sicet, Diaz, Gourgues, Irénée, Ducasse, Hué, Labeyrie, Jaulin, Legodou, Daudigeos, Laborde, Le Furaut, Gantier, Péducasse, Lanuc, Dupeyron, Devillers, Boyer, Bouteville , Lafittau, Lapeyre.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×